samedi

"La grâce de solitude" - Marie de Solemme


 Deux - trois jours de solitude, dans ma cuisine, sur internet !!!, dans les confitures, les biscuits aux abricots et autres activités "frénétiques et débordantes"... et le mot "solitude" meuble immanquablement  mes réflexions intérieures. Je chope un livre sur la dernière étagère de la bibliothèque et je retrouve, en le feuilletant distraitement, des passages cochés (il y a quelques années de cela).

Et voici un court passage que j'ai plaisir à reprendre ici :

" Entre misère et royauté : la libre solitude
 
PARLER à l'autre en sentant bien à quel point il est loin ... A quel point ce qu'on dit ne fait que l'effleurer, n'est même pas entendu. Et pourtant continuer. Pour chasser ce silence à la parole obscure, pour essayer de vivre malgré l'indifférence. ....
Marcher et même courir dans les rues encombrées, en sachant que d'une foule piétinante ne vient jamais aucune fraternité. Que seuls seront croisés de brefs regards aveugles. Marcher encore. Sans but. Au moins entendre son pas se mêler à ceux des autres. Seulement ça ...
Préférer renoncer à ses rêves de liberté plutôt qu'affronter l'absence du monde à son chevet.
Mais aussi ...
Vivre en paix avec soi-même. Avoir le silence pour ami. Etre seul, heureux, sans jamais être abandonné.
Oui, la solitude a mille reflers, mille visages, mille rivages où viennent s'échouer tant de naufragés.
Pour tous ceux que la solitude panique, le "solitaire heureux" reste un mystère ou une incongruité.
 Mais déchiré entre son besoin d'amour et son désir d'indépendance, l'homme d'aujourd'hui se trouve confronté à une solitude à laquelle il n'est souvent pas préparé.

Passage obligé vers la connaissance de soi ou rançon d'une technologie de la communication qui nous isole de plus en plus, la solitude fait partie de notre vie.
Hier réservée à une minorité, elle touche aujourd'hui des millions de personnes. Pourtant il est stupéfiant de voir combien peu d'ouvrages traitent directement de ce sujet, et dans la plupart des grands dictionnaires de sciences humaines n'apparaît même pas le mot "solitude" !

Ainsi parle Marie de SOLEMME dans le prologue de son livre "La grâce de solitude" - Editions DERVY - 34, bld Edgar Quinet 75014 PARIS

Qu'elle soit vécue sur le mode de l'abandon ou de l'exclusion, qu'elle soit sociale, familiale ou conjugale, la solitude impose un face-à-face avec soi-même qui génère souvent bien plus de panique que de bien-être. Pascal disait déjà que ce qui caractérise l'homme des temps modernes est son incapacité à rester dans une chambre. Alors que nous défendons âprement notre autonomie, pourquoi donc sommes-nous si dépendants des autres ? Est-ce par manque de but personnel, par peur de soi-même, par besoin de conformisme ? A une époque où les moyens de communication n'ont jamais été aussi nombreux, s'interroger sur l'origine de notre solitude et sur ses conséquences semble incontournable. L'aptitude à être seul est-elle l'expression d'une inadaptation au monde ou d'une réalisation de soi ? Les réflexions et expériences personnelles de philosophes, écrivains, théologiens, et sociologues deviennent de précieux éléments de discernement pour mieux comprendre cet état de solitude qui, avec l'état amoureux, est sans doute commun à tout être humain.
""
A suivre ...

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Rechercher dans ce blog

Articles au hasard

Blogger
UniversFrancais: Le moteur de recherche pour la France